Représenter les transidentités autrement

7 films avec des hommes et des garçons trans

Vous avez sûrement déjà cherché à voir des films avec un homme ou un garçon trans. Pour vous identifier, pour comprendre, pour voir enfin un personnage qui vous parle. Et comme moi, soit vous tombez sur Boys Don’t Cry, soit sur The Danish Girl (« homme trans vous avez dit? Connais pas… »), soit sur beaucoup de documentaires mais assez peu de fiction.

Voici donc un article pour lister le plus possibles de films ayant un homme ou garçon trans dans leurs personnages principaux. À chaque fois, je spécifierais si l’acteur ou l’actrice est cis ou trans. Cette liste n’est pas exhaustive, je l’ai fait à partir de mes propres recherches et connaissances.

Hésitez pas à m’en proposer si vous connaissez un film ou une série qui a un homme ou garçon trans dans ses personnages mais qui n’est pas cité ci-dessous !

Three Generations (2015) (a.k.a. About Ray)

Ce film a d’abord été présenté dans différents festivals sous le titre « About Ray », mais à cause d’une polémique née des propos de la réalisatrice, sa sortie en salle a été retardé de plusieurs années, et a motivé le changement de titre. Un nouveau titre qui convient mieux au film d’ailleurs. Car ce film, s’il est à propos de Ray, jeune garçon transgenre qui veut commencer sa transition hormonal mais qui, pour cela et parce qu’il est mineur, doit retrouver son géniteur pour obtenir l’autorisation parentale, il est aussi et surtout à propos de sa mère, et de sa grand-mère lesbienne qui ne comprend pas sa « lubie de devenir un homme ».

Le rôle de Ray est interprété par Elle Fanning, une actrice cisgenre. L’explication de la réalisatrice, Gaby Dellal, pour ce choix : « “The part is a girl and she is a girl who is presenting in a very ineffectual way as a boy,” Dellal explains. » (traduction: « Le rôle est une fille et c’est une fille qui se présente d’une façon très peu réussie comme garçon. »)

Le film reste intéressant, malgré le focus assez important sur la mère, et malgré les mots de la réalisatrice. Il est seulement intéressant à mes yeux parce qu’il n’y en a pas vraiment d’autres…. J’ai très hâte que les personnes trans écrivent leurs propres histoires et les produisent et les réalisent. Et les jouent, bien évidemment.

Two 4 One (2015)

Ce film est une comédie romantique canadienne sur un homme trans qui tente d’avancer dans sa vie alors que son ex-petite-amie refait surface en lui demandant de l’aide pour tomber enceinte. Le film n’est pas centré sur la transidentité, et j’ai trouvé que c’était traité de façon juste. Pas trop lourd, pas trop léger. Ce qu’il faut.

L’acteur est cis et est respectueux dans ses propos. Je n’ai pas trouvé d’information si une personne était consultante sur le film, mais j’ai trouvé la transidentité correctement traitée dans le film. Ça reste un film qui a eu un très petit budget, mes attentes étaient donc différentes.

52 Tuesdays (2013)

Ce film raconte une année de vie et de changements entre un parent trans, James, et son enfant, Billie. James annonce sa transidentité et son intention de faire une transition. Et pour commencer celle-ci, il a besoin de temps et d’espace pour lui et demande donc à sa fille d’aller vivre pendant un an chez son père, lui promettant de se voir une fois par semaine : le mardi après-midi. Comme le titre l’indique, le film suit ces 52 semaines où James et Billie se voient, se manquent, se disputent, se réconcilient.

Il est important de noter que les auteur·ice·s du film, Matthew Cormack et Sophie Hyde (également réalisatrice), étaient accompagnés de Del Herbert-Jane, consultant·e sur la transition du personnage de James. Par la suite, Del Herbert-Jane a joué le personnage de James. Le rôle est donc bien incarné par une personne trans.

Romeos (2011)

Une histoire d’amour comme il y en a trop peu. Lukas, garçon trans en début de transition, rencontre Fabio. L’attraction est immédiate mais comment leur histoire peut-elle se dérouler alors que Lukas n’ose pas lui parler de sa transidentité.

L’acteur qui joue Lukas est cisgenre, et si un acteur trans aurait été souhaitable, je n’ai pas trouvé cela gênant. De toute façon, vous savez déjà ce que je pense de ce genre de choix.

Tomboy (2011)

Ce film raconte l’histoire de Michael, petit garçon qui vient d’emménager dans la région avec ses parents. Il est inconnu des enfants du quartier et quand il se présente, il se présente sous le prénom de Michael bien que celui-ci ne soit pas celui que ses parents lui aient donné.

J’ai hésité à cité ce film car la fin peut-être trop ouverte à mon goût laisse place à de la transphobie de la part des parents. Mais le film est beau dans ses images, sa réalisation, ce qu’il transmet comme émotion. La fin est finalement tristement réaliste (sans être très triste elle-même, elle peut être assez violente pour une personne trans qui se reconnait dans le personnage).

Une Femme Iranienne (2011)

Originellement présenté sous le titre « Facing Mirrors« , Une Femme Iranienne est un titre qui ne correspond pas tout à fait à l’histoire. En effet, le film suit Rana qui travaille le jour dans un atelier de couture et la nuit, en tant que chauffeur de taxi. Elle a dû prendre ce deuxième travail suite à l’emprisonnement de son mari. Un jour, elle sauve Eddie, un jeune homme trans qui fuit un père riche et brutal, qui cherche à le marier de force à un l’un de ses cousins.

L’actuel titre français, choisi par le distributeur Outplay, efface le personnage d’Eddie et la relation entre lui et Rana. Malgré ces problèmes de diffusion en France, le film mérite d’être vu !

Coby (2018)

Ce n’est pas un film mais un documentaire. Il existe beaucoup de documentaire et je pense qu’ils méritent un article dédié mais j’ai décidé d’ajouter celui-ci car il me permet d’ouvrir vers un autre film : A Good Man (2020).

Mais tout d’abord Coby : Coby, c’est l’histoire de la transition d’un garçon trans et de sa famille. Réalisé par le frère du garçon dont c’est l’histoire, le documentaire s’attelle à monter les effets que la transition peut avoir sur la famille.

Christian Sonderegger, réalisateur et frère donc, a également travaillé sur un autre film : A Good Man. Le thème central est la transidentité. Écrit par Marie-Castille Mention-Schaar, avec Noémie Merlant et Soko en tête d’affiche, il raconte l’histoire de Benjamin et Aude qui s’aiment depuis 7 ans. Alors qu’ils tentent d’avoir un enfant, ils apprennent qu’Aude est stérile. Benjamin a alors une idée : porter l’enfant.

Outre une personne déjà sensibilisée à ce sujet en la personne de Christian Sonderegger, Marie-Castille Mention-Schaar a également fait appel à Jonas Ben-Ahmed, premier acteur trans dans une série française. Quel était son rôle sur le film ? Rien n’a encore été annoncé mais cela devrait présager que du bon. Non pas comme Girl ou de Lola vers la mer.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *