Représenter les transidentités autrement

La représentation trans à la télévision française

La représentation trans à la télévision française est encore jeune mais elle est prometteuse ! Vous retrouverez dans cet article les quelques personnages présents à l’écran de façon récurrente depuis 2017 (dans un ordre chronologique).

> Article en lien avec ce fil de tweets à l’occasion du #TDOV : Trans Day of Visibility

Louis(e) (2017-, TF1)

Personnage : Louise / Jouée par : Claire Nebout

En mars 2017, en grandes pompes, TF1 annonce faire LA série qui révolutionnera tout : Louis(e). Une série sur une femme transgenre qui revient dans la vie de famille de son ex-femme, depuis remariée, et son enfant. On attends toujours la suite après les deux premiers épisodes pilotes qui avaient réunis 4 millions de téléspectateurs. Il y avait, selon la productrice, une volonté d’améliorer la représentation trans. Les critiques télé sont partagées mais plutôt positives. Pour ce qui est des personnes concernées, je dirais que beaucoup ont détestés, d’autres ont noté des points positifs. Personnellement, j’ai envie de dire que c’était prometteur. Maintenant, j’ai très envie de voir une suite parce qu’il y a matière à faire changer les représentations.

La Mante (2017, TF1)

Personnage : / Jouée par Frédérique Bel

En septembre 2017, TF1 propose à nouveau une série avec une femme trans : La Mante. Une série policière autour d’une tueuse en série qui tue des hommes, une copycat d’une autre tueuse, également d’hommes. La série suit donc toute l’enquête pour découvrir à la fin qu’une des meilleurs amies du policier est une femme trans et la tueuse qu’il traque. Elle tuerait les hommes parce que ceux-ci refuseraient d’avoir des relations sexuelles avec elle car son opération en Thaïlande se serait mal passée.

Quand j’ai vu la série, j’ai eu l’impression de vivre un voyage dans le temps. C’est quelque chose qui aurait dû rester dans les années 80 mais non, on l’a retrouvé en prime time à la télévision française, devant 5 millions de téléspectateurs, incarné par Fred Testot et Carole Bouquet et surtout Frédérique Bel.

Pour celles et ceux qui n’auraient pas suivi : les représentations trans ont commencés par nous représenter soient en victimes soient en criminels. Et comme on peut le voir, c’est difficile d’y échapper. L’actrice Jen Richards l’a assez bien expliqué en quelques tweets : c’est dangereux et cela fait du mal aux personnes trans parce que outre les conséquences que cela a sur notre santé mentale, les autres nous vois à travers ce prisme également. Cette série La Mante a pu voir le jour parce que les représentations se nourrissent les unes des autres. Par inspiration, hommage, parce que ce sont les seuls qu’on connait et tant qu’on ne les critique pas et ne les remets pas en questions, pourquoi ne pas continuer dans cette lignée…

L’épreuve d’amour (2017, France 2)

Personnage : « Paul » / Jouée par Fred Testot

En novembre 2017, juste après, FranceTV propose une téléfilm sur une femme trans dont la femme découvre par hasard sa transidentité un jour en rentrant plus tôt du boulot, et comme le titre le dit, cela va être une épreuve que d’accepter cette différence. Le téléfilm était suivi d’un débat style débat de société mené par Julien Bugier qui a donné “la parole à des personnes transgenres, à leur famille ainsi qu’à des médecins, des associations et des personnalités politiques”.

Un peu dans la lignée de La Mante, le film tombe dans les écueils : le personnage principal est vraiment celui de la femme cis qui traverse une incroyable épreuve. Le point de vue adopté est celui de la femme, car le scénario a été écrit par une femme s’intéressant à ce point de vue et ne s’étant renseigné principalement que sur ce point de vue.

Pour moi, ce téléfilm a été décevant, car il aurait effectivement pu être l’occasion de montrer une belle histoire d’amour. Il n’y a pas eu de soins apportés à la représentation en elle-même et on retrouve beaucoup de clichés qu’il serait bon d’éviter quand on a à cœur que “les personnes transgenres se sentent respectées”. Entre autres, les scènes de maquillages et démaquillages, la surprise de rentrer un soir plus tôt et découvrir “son mari en robe”, que la discrimination n’est vécu que par la femme, pour surtout finir sur une scène soit disant prometteuse d’un avenir joyeux et rempli d’amour où le personnage de la femme trans est perçu et reconnu comme un homme. 

Les mots de Karine Espineira résonne encore plus avec ces deux séries : “Ce n’est pas parce qu’on se pense humaniste et tolérant·e que l’on est immunisé contre la reproduction des schémas discriminatoires.” (Garrat-Valcarcel, R. 28/02/2019, L’Express) Elle le disait pour le choix de prendre des actrices cis, toutes ravies d’interpréter des femmes trans, cela vaut également pour les auteur’ice’s et producteur’ice’s.

Plus Belle La Vie (2018-, France 3)

Personnage : Antoine Bommel / Joué par Enola Righi
Personnage : Dimitri / Joué par Jonas Ben Ahmed

L’année 2017 n’était donc pas une très bonne années pour les représentations trans. 2018 a bien mieux démarrée. En effet, Plus Belle La Vie a introduit en début d’année scolaire de nouveaux personnages de collégiens, et parmi eux, Antoine. Qui ne s’appelait pas encore Antoine mais son prénom de naissance n’a pas d’importance.

Antoine est un garçon transgenre, il a 15 ans, et il fait son coming out à ses parents. C’est compliqué pour le père de l’accepter mais sa belle-mère, aussi sa prof de maths, le soutien. On entend parler de dysphorie de genre, du besoin vital d’acceptation de son enfant trans, de non-binarité, de transition. Le père choisi d’être accompagné d’un psy, d’abord pour faire en sorte qu’Antoine oublie ses idées de transidentité mais le psy soutient Antoine et encourage le père à le soutenir aussi. Ce premier arc sur la transidentité d’Antoine se conclut sur un accord entre le père et le fils : Antoine attendra d’avoir 18 ans pour commencer les hormones. 

Personnellement je trouve que les soap opéras, les séries quotidiennes, sont une très bonne façon de montrer sur le long terme des personnages trans, en parlant de leur transidentité mais pas seulement : avec autant d’épisodes par semaine et le besoin de renouveler les histoires, on parle forcément d’autres facettes de leurs personnages. C’est le cas avec Antoine. Depuis mars 2018, l’arc sur la transidentité est revenu mais pas que : il a eu une histoire d’amour avec un garçon, il a été impliqué dans les histoires de sa famille, dans un gros évènement de la série : l’effondrement d’un gymnase lors d’un match de son équipe de handball. Il y a eu d’ailleurs quelques petites scènes autour du fait qu’il joue dans une équipes de filles mais avec « Antoine » écrit sur son maillot.

Plus Belle La Vie a également marqué en faisant le choix d’un acteur trans pour le personnage mentor d’Antoine rencontré par internet. Jonas Ben Ahmed est apparu dans quelques épisodes en 2018 et à nouveau dans un épisode en 2020. 

Pour accompagner les épisodes diffusés le soir, Plus Belle La Vie a fait une mini-série sur le questionnement d’Antoine. Entièrement du point de vue d’Antoine, on a quelques moments de sa vie quotidienne, ainsi que sa rencontre avec Jonas Ben Ahmed. Pour le rôle de Jonas, l’équipe de casting avait passé une annonce corrigée très rapidement après quelques échanges de mails. C’est ainsi que j’ai rencontré l’auteur de la web-série. Jonas Ben Ahmed a également été pédagogue avec l’équipe de la série “principale”.

Les Engagés (2018-, FranceTV Slash et TV5 Monde)

Personnage : Elijah / Joué par Adrian De La Vega

Diffusée en novembre sur youtube, la saison 2 de la (web)série raconte l’histoire d’amour entre Elijah, joué par Adrian de la Vega, et le personnage principal. Les épisodes aborderont également la transphobie, mettront en scène Elijah qui fait du transformisme, qui est militant et qui fait aussi ses shots de T en retard.

Adrian de la Vega a un peu conseillé l’auteur de la série, Sullivan Le Postec, parce que les personnes trans étant les grands oubliés de la saison 1 d’une série qui raconte le militantisme LGBT. De mon côté, je connaissais le réalisateur et il m’a contacté pour pouvoir trouver d’autres acteurs trans. L’annonce de casting a été peaufiné également.

Petite anecdote : au détour de la Pride de Lyon, je suis tombé sur l’équipe du tournage. Il manquait de figurants “colorés” et vu que j’avais les cheveux bleus à l’époque, et que mes ami’e’s étaient encore bien bien maquillé’e’s, ils nous ont proposés et on a dit oui. Est-ce que vous allez nous retrouver ? Petit challhânge !

Bref, la série avait comme volonté de mieux représenter les transidentités, du point de vue d’une personne trans. C’est chose faite.

Demain Nous Appartient (2019, TF1)

Personnage : Morgane / Jouée par Marie Catrix

En 2019, on a eu droit à d’autres histoires autour du personnage d’Antoine, comme mentionné au-dessus. On a également eu droit à l’arrivée d’une femme trans, Morgane, dans Demain Nous Appartient, une autre série quotidienne, celle-ci diffusée sur TF1.

Morgane est infirmière au collège et entame une relation avec un des personnages lesbiens de la série. C’est à cause de cette relation que sa transidentité est “révélée”. Je n’ai pas regardé tous les épisodes dans lesquelles elle a été depuis, mais comme expliqué pour Antoine, avec une telle série, d’autres facettes de son personnage sont forcément abordées.

À noter que l’annonce de casting pour le personnage de Morgan parlait d’une femme sensuelle et sexy avec un petit quelque chose de masculin. Comme si on pouvait “détecter” la transidentité avec quelques détails… L’actrice en parle ainsi “Soit la voix grave, soit la mâchoire carrée, qui sème le doute, mais qui ne soit pas forcément visible dès le départ, pour ne pas qu’on devine tout de suite qu’elle soit transgenre”. (Garrat-Valcarcel, R. 28/02/2019, L’Express) Et Karine Espineira d’aborder le sujet également : “En France on est, ce que j’appelle, « à la recherche du stigmate ». La personne trans doit forcément être identifiable. « Si cela ne se voit pas, elle n’est pas vraiment trans ». C’est dire la force de l’imaginaire, la force des stéréotypes et de la norme.” Je suis encore une fois tout à fait d’accord avec Karine Espineira. 

Je suis également d’accord avec un autre point qu’elle aborde : si je ne suis pas pour que tous les personnages trans soient incarnées par des personnes trans, il est important, même vital, que des personnes trans soient impliquées en amont, dès l’écriture voir même, dès la création des projets. Comme on peut le voir à l’étranger avec Pose notamment.

Mytho (2019, Arte)

Personnage : Sam / Jouée par Jérémie Gillet

En 2019, il y a également eu la fiction d’Arte Mytho qui a abordé le sujet. Une jeune fille trans relativement bien acceptée par sa famille. Personnage un peu secondaire, elle reçoit un correspondant allemand dont elle est amoureuse. Celui-ci ne sait pas qu’elle est trans et la frappe quand il l’apprend alors qu’ils se rapprochaient de plus en plus. Je ne sais pas à quel point les scénaristes se sont renseigné’e’s voir rapproché’e’s de personnes trans pour essayer de raconter quelques d’authentique. Bien que cela ne soit pas irréaliste, on a encore une fois une représentation d’une femme trans victime, encore rejetée parce qu’impossible d’avoir une relation sexuelle avec elle. C’est bien dommage. 

En 2020, je sais de source sûr qu’une série abordera le sujet avec un personnage secondaire. (je suis la source sûre 😉 ) À voir ce que la télévision nous proposera d’autres !

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

3 commentaires sur « La représentation trans à la télévision française »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *