Représenter les transidentités autrement

Guide « Le prénom et les pronoms »

Après une première fiche pratique sur « Comment écrire sur les personnes trans« , voici une fiche sur le prénom et les pronoms.

D’abord publiée sur Twitter juste ici, la voici retranscrite et détaillée.

« Les pronoms », une fiche pratique par @nbgrownupkid (l’auteur de ce blog).

Qu’est-ce que c’est ?

Les pronoms, c’est ce que tu utilises pour désigner les personnes. Tu les utilises au quotidien sans y réfléchir parce que tu les appris jeune, très jeune. On nous apprend notamment que « il », c’est masculin, c’est pour les hommes, et « elle » est féminin, c’est donc pour les femmes.

En vrai, il n’y a pas de règles gravées dans le marbre, qu’importe ce que peux dire l’Académie Françaises. Cette dernière rend compte de la langue et ses évolutions, elle n’impose pas de règle à suivre. Sans vouloir faire un cours d’histoire, parce que ce n’est pas mon expertise, il fut un temps où le français avait un pronom neutre, aujourd’hui oublié (par l’Académie Française entre autres).

Aujourd’hui, des personnes utilisent à nouveau des pronoms neutres : ul, ol, el, et le plus couramment utilisé : iel. Ces pronoms peuvent être utilisé pour désigné une personne dont vous ne connaissez pas le genre, ou pour des personnes de genre non-binaire et qui vous disent utilisez ces pronoms.

Et les accords dans tout ça ?

Avec la règle « Le masculin l’emporte sur le féminin », tout groupe comportant un seul homme, qu’importe le nombre de femmes, sera accordé au masculin. Aujourd’hui, l’écriture inclusive permet d’y remédier. C’est une forme d’écriture « neutre », mais qui permet également de ne pas genrer intempestivement des personnes qui ne souhaitent pas l’être ou dont vous ne connaissez pas le genre.

Couramment, on accorde les mots au féminin quand on utilise « elle », et au masculin avec « il ». Mais comme vu précédemment, il n’y a pas de règles, ni de marbres, la langue évolue avec ses locuteur·ice·s.

Il est donc possible d’utiliser :

  • iel et le masculin
  • il et le féminin
  • elle et le neutre (é·e, éE,…)
  • bref, tu as compris 🙂

Se pose donc la question suivante :

Comment savoir quels pronoms utiliser ?

Tu viens de rencontrer quelqu’un et tu ne sais pas comment il, elle ou iel se genre. Rien de plus simple : laisse lui le temps de te donner quelques indices. Si c’est une rencontre en ligne, sa bio twitter, tinder, etc. pourra te donner une réponse, sinon de précédentes publications pourront t’informer avec un accord (é, é·e, ée, etc.). Si jamais tu n’arrives pas à trouver la réponse, et encore plus si c’est à l’oral : tu peux les lui demander de façon simple : « Quels sont tes pronoms ? ».

Pour anticiper cela, tu peux te présenter avec tes propres pronoms : « Bonjour, je m’appelle Alex, et pour moi, c’est il/lui. ». Si tu ne te sens pas à l’aise de le faire, parce que vous êtes en groupe, dans l’espace public, dans un milieu professionnelle, la personne en face de toi ne sera peut-être pas plus à l’aise que toi pour répondre à une question.

Une question sur les pronoms peut aussi être une source d’anxiété et de stress pour une personne en questionnement ou qui n’est pas encore out. Reste donc à l’écoute de comment la personne se genre et en attendant, genre la de façon neutre. A l’oral, l’accord en « é·e » ne s’entend pas par exemple, pareil pour les adjectifs comme joli·e, incroyable, poli·e, etc.

Parfois, on se trompe, que faire ?

Si la personne te corriges : excuses-toi simplement. Un simple « Je suis désolé. » sera bien plus apprécié que des excuses longues et détaillées. Et surtout, ne donne pas de justification à ton erreur. Oui, tu as appris à reconnaître des expressions de genre (robe, maquillage, barbe, etc.) et à genrer les personnes en fonction, et nous l’avons tou·te·s été, il n’est donc pas nécessaire d’utiliser le physique ou les vêtements de la personne pour justifier une simple erreur.

Si tu apprends plus tard que tu as mal genré quelqu’un en face d’elle mais qu’elle ne t’as pas corrigé : tu prends note pour une prochaine fois. Tu peux brièvement présenter tes excuses une prochaine fois, mais ce n’est pas obligatoire. Comme pour le premier scénario : ne fait pas des excuses à rallonge et détaillées. Et surtout : ne te précipite pas vers la personne pour lui expliquer ton erreur.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *