Représenter les transidentités autrement

Les Crevettes Pailletées (2019)

J’ai eu l’opportunité de voir Les Crevettes Pailletées d’abord en séance test sur le public LGBTQ+ puis en avant-première. Je peux vous le dire tout de suite : il n’y a pas eu de différences entre les deux.

Les Crevettes Pailletées raconte l’histoire d’une équipe de waterpolo gay qui s’entraînent pour les Gay Games, coachée par un nageur professionnel remarqué pour avoir insulté un journaliste avec des injures homophobes.

Construit comme Priscilla, Folle du Désert, le film suit le road trip de toute cette équipe en bus à travers l’Europe. L’équipe est composé de Jean (Alban Lenoir), capitaine de l’équipe, malade mais qui le cache, Cédric (Michaël Abiteboul), qui ment à son mari pour participer aux Gay Games, Alex (David Baiot), ex de Jean, Damien (Romain Lancry), adopté par l’équipe, Vincent (Félix Martinez), jeune qui vient de rejoindre l’équipe alors qu’il vient d’être rejeté par ses parents à la suite de son coming-out, Joël (Roland Menu), ancien militant aigri, Xavier (Geoffrey Couët), qui ne vit qu’à travers son appli de rencontre, Fred (Romain Brau), ancienne du groupe, revenue après sa transition. Et bien évidemment, l’entraîneur : Matthias Le Goff (Nicolas Gob).

Si le film est feel good (et donne envie de parcourir l’Europe en minibus avec ses potes queers), il y a quelques éléments qui m’ont gênés. Ils sont détaillés dans ma critique vidéo. En rapide: si à l’écran le personnage de Fred est à peu près correct, la production n’était tout de même pas vraiment au niveau…

Ma critique en vidéo :

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *