Représenter les transidentités autrement

Les personnages LGBTQ+ dans les séries françaises

Voici un petit état des lieux en ce début 2019 des personnages LGBTQ+ présent dans des séries françaises que j’ai regardé. (rédigé en avril 2019, modifié légèrement en novembre 2019)

Avertissement : ne pouvant regarder toutes les productions du PAF, cela ne présente qu’une partie des personnages LGBTQ que j’ai pu trouvé (c’est-à-dire que j’ai activement cherché les séries avec des personnages LGBTQ+ diffusée en 2019).

Note : je ne précise pas lesquels sont les personnages pour laisser le «  » »suspens » » » même si à aucun moment l’orientation sexuelle d’un personnage ne devrait être un élément important de l’intrigue au point de tout révéler de l’histoire si on mentionne seulement cette partie là du personnage.

Philarmonia, saison 1 (France 2)

« Philharmonia est une plongée lumineuse au cœur des passions artistiques et amoureuses, des rêves et des egos sublimés par la musique classique. Mais aussi une série où rôdent la folie et la mort, donnant à l’histoire la dimension de thriller psychologique.« 

Un des deux personnages gay meurent. Leur relation est cachée.

La relation entre les deux femmes au centre de l’histoire est homoérotique comme en témoigne les images de promotion, mais je n’ai pas vu la série jusqu’à la fin, je ne peux pas confirmer que ce n’est que du queerbait/sous-texte ou si cela se concrétise d’une quelconque façon. Mais n’ayant pas vu de réaction sur les internets, j’en déduis que ça reste du sous-texte.

Kepler(s), saison 1 (France 2)

« Kepler(s) est une série où le mystère porte autant sur l’identité du tueur que sur celle de Kepler interprété par Marc Lavoine. Ce flic va devoir enquêter sur lui-même et se révéler aux autres pour résoudre son affaire.« 

La relation est cachée. La relation est entre un psy et une des personnalités de son patient schizophrène.

Un ou deux baisers à l’écran, sans plus. Je ne suis vraiment pas sûr que le perso passe le test de Vito Russo. A mon avis, le personnage du psy est relativement peu impliqué dans l’intrigue principale de l’histoire, son absence ne changerait rien à l’histoire et son homosexualité n’est pas précisée à aucun autre moment que cet amour caché, réduit à quelques scènes. De plus la relation est entre le psychiatre et une des personnalités de son patient, il y a quelque chose dans cette relation qui n’est pas sain. Et c’est la seule représentation de relation homosexuelle dans cette série.

Les Ombres Rouges, saison 1 (C8)

« 1993. Clara Garnier, 5 ans, est enlevée. Ses ravisseurs demandent contre sa libération une énorme somme d’argent. L’échange de la rançon se termine en bain de sang : la mère de Clara est tuée et l’enfant ne réapparaitra jamais. Vivante ou morte, le mystère s’installe, provoquant un traumatisme dans la région et dans sa famille, l’une des plus fortunées de la Côte d’Azur. 25 ans plus tard, Aurore Garnier, la sœur aînée de Clara est devenue officier de police. À l’occasion d’une enquête, elle découvre que Clara est toujours vivante mais vit sous une autre identité sans connaître ses origines. Aurore va tout mettre en œuvre pour que Clara retrouve sa famille. Mais ce retour inespéré va déclencher une série d’événements violents et faire remonter à la surface des secrets de famille que chacun pensait enfouis à jamais…« 

La relation est cachée. Le secret pèse sur la relation jusqu’à les faire se séparer.

Première production C8, et même si elle comporte une relation LGBTQ+ (et donc 2 personnages LGBTQ !), elle se rate en beauté. En effet, il n’y qu’un baiser à l’écran qui sert à révéler la relation entre les deux hommes. Il y a seulement une autre scène qui n’est qu’une scène au lit timide. La série ne passe très probablement pas le test de Vito Russo : c’est le secret de l’homosexualité le principal trait du personnage du comptable comme du frère d’Aurore Garnier (je sais qu’un des deux s’appelle Jeff, mais lequel est-ce…).

Zone Blanche, saison 3 (France 2) (+ Netflix)

« Villefranche, bourgade isolée en pleine forêt, doit faire face à de multiples disparitions et un taux d’homicides anormalement élevé. Le major Laurène Weiss tente de maintenir l’ordre tout en cherchant à en savoir plus sur son propre enlèvement, survenu vingt ans plus tôt. »

Cette série passe haut la main le test de Vito Russo car le personnage est clé dans l’intrigue principal, il n’est pas définit par son homosexualité mais elle est claire, connue et reconnu, et de plus, n’est pas au centre de son développement.

Le personnage a une relation à travers les saisons. Le personnage n’étant pas au centre de l’intrigue, sa relation amoureuse n’est pas très présente, mais il a différentes scènes romantiques, et quand des choses pas très chouettes se passe pour l’un des deux du couple, l’autre est présent (et non pas oublié comme parfois…).

Autre type de fiction qui a une large place à la télévision française : les soap opéras. Il y en a trois qui sont actuellement diffusés : Demain Nous Appartient (TF1), Un Si Grand Soleil (France 2) et Plus Belle La Vie (France 3). Les trois ont des personnages LGBTQ, et les trois ont accordés du temps d’écran et d’intrigue à ces personnages. Je ne peux pas vous détailler ces intrigues, ne les ayant pas toutes suivi de près.

Demain Nous Appartient (TF1)

Lors de l’été 2018, le personnage de Bart est tombé amoureux du personnage d’Hugo, un personnage non-récurrent, qui a été présent seulement pour l’été 2018. Au courant de la saison 2018-2019, je n’ai pas eu connaissance d’une quelconque histoire sur la sexualité de Bart. (Il est fort possible que je confonde les prénoms des personnages…)

Pour autant, à côté de ça, il y a une famille homoparentale qui est présente depuis le début de la série. Si j’ai bien suivi, les deux femmes se sont séparées et une des deux est tombé amoureuse d’une nouvelle femme, nouvellement arrivée dans l’histoire. C’est une femme trans jouée par une femme cis, choisie spécifiquement pour son physique masculin pour rappeler son passé d’homme : « une femme féminine, sensuelle, sexy, mais qui puisse avoir quelque chose de masculin. Soit la voix grave, soit la mâchoire carrée, qui sème le doute, mais qui ne soit pas forcément visible dès le départ, pour ne pas qu’on devine tout de suite qu’elle soit transgenre » (extrait de l’annonce de casting selon l’actrice Marie Catrix).

Voici un article de Rachel Garrat-Valcarcel qui détaille pourquoi ce choix d’une femme cis et ce personnage ne fait pas grandement avancer la représentation des femmes trans.

Un Si Grand Soleil (France 2)

C’est le soap opéra de la télévision française qui a le moins de personnage LGBTQ pour l’instant. Le personnage de Bilal, déjà présent depuis un certain temps, a eu une intrigue autour du nouveau venu Simon (je crois), qui est reparti aussi vite qu’il était arrivé.

Le personnage de Simon n’a existé que pour révéler aux téléspectateurs la sexualité du personnage de Bilal (je crois qu’on lui connait pas vraiment une personnalité en dehors de ça). Il est reparti si vite que j’ai oublié une les détails de l’intrigue très rapidement. Mais intrigue classique : amour caché, peur du coming out, relation hétérosexuelle forcée, coming out forcé, etc.

Plus Belle La Vie (France 3)

C’est le soap opéra le plus ancien de la télévision française, et dès le début a inclu des personnages LGBTQ. Je ne vais pas en faire la liste et seulement parler des derniers.

Thomas Marci, le plus ancien, est marié à Gabriel Riva, ensemble ils ont adopté deux enfants, et sont déjà grand-parents (un de leur enfants a eu un enfant très jeune (avant le bac, il me semble)). Les histoires un peu clichées de coming-out et d’acceptation de soi ayant été abordé au début de la série, les personnages de Thomas Marci et Gabriel Riva sont aujourd’hui traité comme les personnages hétérosexuels. Malgré ça, il y a tout de même eu une histoire sur le père très intolérant de Gabriel Riva, créant beaucoup de drama (un père qui plus est très macho…).

Depuis le début de la série, il y a eu des personnages lesbiens et bisexuels. Et également trans ! En début d’année 2018, le personnage d’Antoine Bommel a fait son coming-out trans. Depuis le personnage est toujours présent (et toujours joué par une jeune fille cis), il a droit à des intrigues qui ne sont pas toutes liées à la transidentité.

La production avait fait ses recherches et a même produit une mini web-série pour donner plus de background au personnage. L’auteur de cette web-série (différent des auteurs pour la série télé) s’est rapproché de personnes concernées, dont moi-même.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *